La vie est faite de désillusions. C'est cliché ou même bateau cette phrase mais c'est vrai. On croit en un tas de choses, de principes et finalement on est souvent déçu, trop souvent. Hop nous voilà remis sur les rails de la réalité de la vie : on est jamais mieux servi que par soi-même et ne rien attendre évite les déceptions.

Je pense être quelqu'un de sincèrement tolérante. Je pense que chacun a le droit de vivre sa vie comme il l'entend sans être jugé.
A côté de ça je suis pour moi-même quelqu'un rempli de principe. Chaque chose à sa place, je sais ce que je veux ou pas, ce que j'attend de telle ou telle personne... La vie et mes avis sont assez manichéens, c'est noir ou c'est blanc, le gris est assez rare. Enfin ça c'est concernant mes sentiments vis à vis des autres surtout car pour tout le reste, pour ce qui n'est pas vivant, j'adore les nuances, je n'aime pas donner un sens unique aux choses (cuisine, arts, sports...). Bon ce n'est pas très clair tout ça je m'en rend bien compte en l'écrivant. Je vais tenter de clarifier un peu ma pensée.
Exemple : l'amitié. Je pense être assez exigeante (trop ? c'est sur ) J'ai les idées bien arrêtées sur ce qu'un ami doit faire ou pas pour moi et inversement un peu comme une sorte de droit et devoir l'un envers l'autre. Bon je suis consciente qu'en face la définition de l'amitié est sûrement différente mais j'ai du mal a l'adapter à ce que je pense. Enfin, j'avais du mal parce que j'ai pas mal travaillé sur moi-même dans ce domaine. J'étais trop souvent déçue et ça me faisait trop et tellement souffrir qu'il a bien fallu prendre des distances. Bon je garde mes principes mais j'ai maintenant tendance à me dire que je prends ce qu'il y' a a prendre et tampi pour le reste. Je ne cache pas qu'étant une personne entière je donne du coup moins, je suis un peu plus égoïste, je me protège et je pense que la relation perd d'une part de son intérêt mais comment faire autrement ? Au final c'est le compromis ou je perd moins de plume. Avant : déception -> souffrance -> refermé sur moi-même -> remise en cause de l'amitié -> éloignement (souvent temporaire heureusement) -> regret gardé dans un coin de la tête longtemps.
Maintenant : déception -> on est tous différents et on ne peut pas toujours se comprendre -> prise de conscience qu'il faut parfois faire passer ses envies et ses intérêts avant les autres -> affaire réglée.
C'est triste mais moi qui ai mis tant d'années à faire confiance aux gens (du plus loin de mon enfance à vers 20 ans) je fais maintenant le chemin inverse de ne plus rien attendre de personne.